Skip to content

Déracinée (p.24)

 

Comment des personnes déracinées vivent-elles leur rapport à la Terre ? Qu’évoque le concept de Terre pour elles ? Comment se sont-elles adaptées dans leur nouveau pays ? Autant de questions que nous sommes allés poser aux intéressés.

Cette interview a été réalisée dans le cadre de la première édition d’ETC Journal, sur le thème de la Terre.Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces rencontres à la page 24 de l’édition 1 d’ETC Journal.

***

Qu’est-ce que la Terre, quelle serait ta définition ?
Pour moi, la Terre est avant tout la Patrie. C’est comme ma famille. Peut être  que j’ai ce sentiment car je me trouve ici dans un pays nouveau.
La Terre, l’environnement qu’elle nous donne, c’est la vie en fait.

Comment te représentes-tu la Terre ? 
C’est l’ensemble des humains. Une planète pleine de diversités.

Quelle est la couleur de la terre ? 
Bleu clair, celui du ciel et de la mer.

Qu’est-ce que tu donnes à la Terre ?
Chacun de nous donne quelque chose à la Terre. Moi, personnellement, je ne vois pas encore ce que je lui donne. J’aimerais lui donner quelque chose de bien. Je voudrais lui donner la Paix. A mon échelle, au moins.

Qu’est-ce que la Terre te donne ?
En fait, tout ce que nous avons provient de la Terre. Si on dit que sans la Terre il ne peut pas y avoir de la vie, alors la Terre nous donne la vie. Non ?
Mais plus concrètement, la terre est le sol qui nous nourrit, le sol qu’on travaille pour pouvoir manger.

Quel est le goût de la Terre ?
S’il s’agit de la Terre en tant que sol, cela n’a pas de goût ou un goût désagréable, le goût du dégoût.
S’il s’agit de la Patrie, j’en ai un goût sucré.

Quelle est son odeur ?
L’odeur de la mer mélangée à l’odeur d’un air frais. Selon les saisons, ce mélange est différent. Je ne saurais le décrire mais ça reste agréable comme odeur.

Quelle est la forme de la Terre ?
Sphérique – la forme qu’on nous a enseigné à l’école.

Si la Terre est Mère, qui est son Enfant ?
Nous sommes tous les enfants de notre Terre.

Que penses-tu de ton pays d’adoption ? 
Ce qui me manque, c’est sortir et entendre dans la rue ma langue maternelle.
Mais ici, il y a de l’égalité, des potentialités à réaliser, c’est-à-dire que je peux me permettre d’avoir des projets, d’essayer de les réaliser en faisant des études. Cela permet d’avoir une vie normale. La France m’offre la possibilité de construire mon futur. J’ai du mal à parler de la Terre quand je parle de la France. Ce sont des gens, les français qui la font. La stabilité, la liberté d’expression. D’ailleurs cette dernière, je trouve est en excès en France. Il ne faut pas toujours dire tout de ce qu’on pense.

***

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *