Skip to content

Négatif 0.23

Négatif, n.m. : étude anticonformiste et personnelle de la photographie.

Brady Hsu – Anonyme

Sous le calme
Se clame mon âme
Simple feuille
Où je crée mon drame.

Mes pensées divaguent vers cet homme qu’on a renversé hier soir. Je pense à lui. Je vois sa tête inclinée, ses yeux ouverts contemplant le ciel bleu. Sa peau mate qui blanchit. As-tu pensé à ce qu’on a fait ? Pourquoi vivons-nous ainsi, sans buts, sans codes moraux, sans la conscience des gens normaux ? En tout cas, il fait beau et même si j’aime la nuit, j’aime ce soleil sur ma joue aussi. Je pense encore à cet homme. Quel bruit ! Il a cabossé ta caisse. Quelle fuite ! Tu sais, je suis triste pour lui. Je sais que tu l’es aussi. Quel gâchis ! Nous sommes certes perdus et on nous retrouvera un jour, sûrement, ailleurs ou ici, mais sache, mon Clyde, que je t’aime à l’infini.

G.

***

AFJM – Sans titre

Un couloir sombre. Comme une métaphore de la vie. J’avance presque à l’aveugle. Comme un enfant fait ses premiers pas. Hésitant, curieux, plein d’espérance. Au coeur de cette obscurité, le noir m’enveloppe comme un cocon. Je m’y sens bien. À l’abri. Les couleurs bubble-gum de la lumière artificielle des néons m’éclairent. J’avance sur ce chemin. Sans fin. Je croise des passants qui me dépassent parfois, d’autres qui marchent ensemble. Certains se retournent, d’autres jamais. Je passe de recoins sombres en néons, dans ma longue traversée du couloir. Au bout du tunnel, la lumière m’éblouit. Elle m’attire. Comme un papillon de nuit. Et peu importe que je multiplie le nombre de mes pauses sur le chemin pour la tromper. A l’approche du bout du tunnel, la sensation de passer de l’ombre à la lumière me plonge dans le flou. L’inconnu. L’impression de planer.
Puis, se retourner et apercevoir le chemin parcouru avec une once de fierté.

E.

Tous droits réservés. 

Comments are closed.