Skip to content

Négatif 0.25

Négatif, n.m. : étude anticonformiste et personnelle de la photographie analogique.

Alina Khaunina – Sans titre

Dans les profondeurs du ciel, des roches et du feu
– Naissent les Astres.

Je recherche alors en moi
Leurs couleurs et lumières,
Mais c’est un désastre.

Je perds mon chemin,
Je guette mon karma
Je prie mes dieux.

Je scie le vide
Je reste avide
Je vais droit au mur.

Je perds le chemin
Je ne vois point
Que je fais le tour.

Enfin je vacille,
J’ai plus mes repères,
Je tombe d’en haut.

Les astres scintillent,
Et créent leur ciel
D’un bleu profond.

Les roches aux myrtilles,
Reviennent à l’esprit
Je goûte leurs offrandes.

Je reprends toutes mes forces
Comme par miracle
Je suis commandant.

J’oublie, je respire
Je retrouve ma banquise.
Je retrouve mon vaisseau.

Des heures durant, loin de la ville, des êtres humains, des animaux que je connaissais et des autres, au milieu des arbres sauvages, je reste en tête-à-tête avec les reflets d’un ruisseau, plein de vie nocturne, d’éclats diurnes, plein de graines qui vont vivre maintenant. Le jour accompagne la lune, la nuit dit au revoir au soleil, je reste dans mon coin à chercher des réponses aux pensées sans questions. Des heures durant, je me plonge dans ses veines, les courants lointains de ce ruisseau. J’attends les mouvements sans cesse nouveaux, pour créer le château de mon imagination. Tout à mon insouciante concentration, j’appuie enfin sur le déclencheur. C’est trop tard.

G.

***

Imre Becsi – He waits for somebody always yet

De loin, on ne distingue rien d’autre qu’un parapluie ou un parasol vert qui escalade les rochers du bord de mer. Un garçon, maillot rouge, le tient à bout de bras, face à une mer d’huile. Calme plat.
Contempler l’horizon et les bateaux minuscules, bien installé sur les rochers. La mémoire restitue un souvenir un peu flou, saturé de la chaleur de l’été. L’image d’un fils bondissant sur les écueils en réveille une autre, égarée quelque part, avec une pointe de nostalgie ou peut-être de mélancolie.
Je vois l’avenir droit devant, mon capitaine ! Vers la ligne d’horizon, toute tracée. L’enfance et l’innocence ont une lumière qui protège du vignettage. Des préoccupations, des inquiétudes, des ennuis. Même si, la nuit tombe sur un parapluie.

E.

Tous droits réservés. 

Comments are closed.